Le Meilleur Achat est le fruit d’une étroite coopération

 entre Acheteurs et Directions Métiers

 

De nombreuses enquêtes et analyses, publiées notamment par de grands cabinets de conseil,  annoncent la transformation de la fonction Achat déjà depuis plusieurs années.

En résumé, on y apprend que les directions Achats semblent s’éloigner de plus en plus des stratégies de réduction des coûts, malgrè la crise, et aspirent à mettre en place des approches basées sur la création de valeur.


Et Pourtant la recherche du prix le plus bas est toujours d’actualité :

 

En effet, selon une étude menée fin 2013 par des anciens d’HEC et AgileBuyer auprès de plus de 500 entreprises de tous secteurs :

 

« 77% des services achats a pour priorité la réduction des coûts »

 

Force est donc de constater que les objectifs de « Compétitivité Prix » sont toujours prioritaires. Et cela, au détriment des objectifs de contribution à la création de valeur.

 

Pourquoi ce décalage entre les intentions affichées et la réalité ?

 

Nous pensons que sans une coopération très forte entre donneurs d’ordres et acheteurs, il est très difficile de transformer la fonction Achat et d’atteindre l’excellence opérationnelle, notamment dans la gestion de la dépense et le pilotage de la relation fournisseur.

 

Or, le constat qui est fait aujourd’hui dans bon nombre d’entreprises laisse à penser que la route est encore longue pour faire travailler ensemble efficacement acheteurs et directions métiers, en particulier dans les achats indirects.

 

Il y a à cela plusieurs raisons :

 

Les Achats sont encore trop souvent perçus par les donneurs d’ordres comme une direction monolithique, procédurière, imposant une vision dogmatique des achats et revendiquant l’exclusivité du management de la relation fournisseur.

 

Les acheteurs, toujours débordés,  concentrent l’essentiel de leurs actions sur la réduction des prix et ne comprennent pas toujours bien le métier de leurs clients internes par manque d’expertise ou d’expérience. De plus, ils sont souvent jaloux de leurs prérogatives et sont plus dans le rapport de force avec leurs clients internes et leurs fournisseurs que dans la coopération pour le progrès de leur entreprise.

 

Il faut aussi dire que le manque de vision partagée des objectifs et des stratégies, entre les Achats et les propriétaires des budgets, nuit à la réussite d’une coopération efficace.

 

Alors que faire pour que les acheteurs deviennent de véritables « partenaires Business » des autres fonctions de l’entreprise ?

 

Il faut d’abord que les directions Métier et Achat se concertent pour mobiliser des équipes pluridisciplinaires autour d’objectifs de performance QCDI communs (Qualité, Coût de possession, Delivery, Innovation) en s’appuyant sur des managers qui ont une réelle motivation pour favoriser le « Travailler ensemble » et participer au décloisonnement des organisations.

 

Il faut ensuite que les Achats injectent des ressources capacitaires et de l’expertise dans leurs équipes, en faisant appel, si nécessaire, à des prestataires extérieurs capables d’apporter des expériences diversifiées . L’investissement sera largement rentabilisé.

 

Il faut enfin créer des structures de co-management ayant pour vocation de mettre en place des relations collaboratives fortes entre acheteurs et donneurs d’ordre et ayant pour principaux objectifs de réduire la dépense avec une approche Coût Total de Possession (TCO) et d’apporter de l’innovation dans l’entreprise.

 

Ces organisations transverses pourraient être constituées d’instances de concertation et de décision assistées d’équipes opérationnelles transverses à plein temps qui exécuteraient les décisions de cette « gouvernance Achat ».

 

Maîtriser la Dépense (Spend), améliorer la performance opérationnelle des équipes internes,  contribuer au développement et à l’excellence des fournisseurs et créer de la valeur vont bientôt devenir des priorités absolues pour permettre aux entreprises de gagner en compétitivité.

 

La création de structures de gouvernance des Achats, ayant pour devise Le  « Bien travailler ensemble » (Synergos), devrait constituer un véritable levier pour atteindre ces priorités.

 

Quoi qu’on dise, les achats tertiaires deviennent désormais « stratégiques » (ils représentent en moyenne 15 à 30% de l’ensemble des Achats)  et pour cette raison, nous pensons qu’il ne faut pas « les laisser entre les mains » d’une seule et unique direction.

 

 

Vous avez besoin d’être accompagnés dans la préparation, le déploiement ou le suivi de vos projets Achat  ?

N’hésitez pas à solliciter nos experts : 

contact@org-ha.com

 

 


Leave a Reply

Your email address will not be published.